Politique de couverture sanitaire nationale. « La fille aînée du Renouveau » sous bons soins /

Politique de couverture sanitaire nationale. « La fille aînée du Renouveau » sous bons soins

Publié le 12 Aug 2022  

Dans le but d’améliorer la qualité des soins de santé sur toute l’étendue du territoire camerounais, le gouvernement multiplie les initiatives et le suivi des chantiers déjà entamés. Conséquence, le Ministre de la Santé publique est désormais sur tous les fronts.

En ce début du mois d’août 2022, le Dr Manaouda Malachie était une fois de plus sur le terrain. Plénipotentiaire du département gouvernemental en charge de la Santé publique, c’est sous mandat officiel du Chef de l’Etat qu’il s’est rendu dans l’Extrême-Nord, pour toucher du doigt l’état d’avancement des travaux de l’extension de l’Hôpital Régional annexe de Mokolo. Une extension qui devrait permettre à cette formation médicale de référence, d’accueillir avec plus de confort et un meilleur service, des patients venus de toute la région mais aussi du Nigéria et du Tchad voisins. Au bout des travaux lancés précisément le 1er janvier 2022, l’on devrait recevoir un nouveau bloc avec notamment un service d’hospitalisation, des laboratoires d’analyses médicales, un scanner, une radiographie, et la néonatologie.

Le tour du chantier de ce lundi 1er août aura permis au Ministre de la Santé Publique, de tenir un tableau assez juste, ou plutôt, pas si engageant. 10% d’état d’avancement des travaux alors que les délais d’exécution en sont rendus, huit mois plus tard, à 22,2%. Un état de choses qui a eu le mérite de susciter l’ire du membre du Gouvernement. Et le Dr Manaouda Malachie n’a usé d’aucune diplomatie pour faire comprendre au maître d’œuvre qu’aucun dépassement de délai ne saurait être toléré, faisant même peser un risque de menace de résiliation de contrat et de poursuites éventuelles. En effet, la région de l’Extrême-Nord, également baptisée « fille aînée du Renouveau », a le taux de mortalité maternelle et infantile le plus élevé du pays, et est par ailleurs un point de convergence précieux pour les populations des deux pays limitrophes aux frontières nord que sont, le Tchad et le Nigéria. Par ailleurs, les incursions du groupe terroriste Boko Haram, obligent un relèvement du plateau technique déjà existant, pour une prise en charge encore plus efficace des victimes du terrorisme, une typologie bien nouvelle de patients. Ce n’est donc pas pour les seules populations locales que le Gouvernement veille à améliorer chaque jour, l’offre en matière de soins de santé dans cette partie du territoire.

Aux interpellations encore verbales du Ministre de la Santé Publique, l’entreprise, par la voix de Donald Taokam Taokam, ingénieur et conducteur des travaux, essaie de rassurer l’autorité et l’opinion publique nationale : _« Nous sommes partis initialement pour un chantier 36 mois de travaux. Et il est vrai que nous avons pris un peu de retard à cause de la phase de déroctage qui s’est avérée plus complexe que prévue. La roche rencontrée sur le site a été encore plus coriace au point où nous avons perdu deux engins spécialisés, et là nous essayons de trouver une parade pour avancer considérablement. Je puis d’ailleurs vous rassurer aujourd’hui, que nous livrerons dans les délais, quitte à engager une main d’œuvre supplémentaire et travailler jour et nuit. »_

Suite à ces déclarations, le ministre Manaouda Malachie a tenu à rappeler à tous que « l’amélioration de la qualité des soins de santé reste une priorité pour le Renouveau, pour toutes les populations vivant ou de passage sur l’ensemble du territoire national. Si l’on parle prioritairement de la santé de la mère et de l’enfant ici, il est aussi urgent dans le septentrion de combler des secteurs sensibles comme les soins d’urgence, les services de radiologie, ou encore la gynécologie et la chirurgie dans ses divers compartiments. Il faut réduire au mieux les distances entre les patients et les soins. Je reste disponible et ouvert à toute sollicitation que je me chargerai d’ailleurs de répercuter au sommet de la hiérarchie, pour que le problème crucial et récurrent de personnel spécialisé soit efficacement résolu dans la région. Car, comme pour le rappeler, un plateau technique de qualité rime avec un personnel qualifié. En plus, l’image et le leadership du Cameroun en dépendent, au regard de la situation géostratégique de cette région. »

Parallèlement à la région de l’Extrême-Nord aujourd’hui sous haute supervision gouvernementale, il convient de rappeler que les régions du Sud, du Littoral, de l’Est, de l’Ouest et du Sud-Ouest ont déjà reçu des visites impromptues du Dr Manaouda Malachie, pour se rassurer soit de l’effectivité des activités, soit de l’avancée de divers travaux engagés de part et d’autre du territoire national, dans le souci d’améliorer la qualité de vie des populations, et notamment de la couverture sanitaire.

Administration Centrale, Dossier spécial, Actualités

Cérémonie de prés...

Rechercher un document

Nos Partenaires