Meilleurs traitements contre le VIH accessibles en Afrique : UNITAID et l’ANRS lance une initiative au Cameroun /

Meilleurs traitements contre le VIH accessibles en Afrique : UNITAID et l’ANRS lance une initiative au Cameroun

Publié le 16 Nov 2016  

Le Ministre de la Santé Publique a présidé le 16 novembre 2016 à l’Hôtel Hilton de Yaoundé,  la cérémonie de lancement du projet « NAMSAL-ANRS 12313 pour l’Afrique dans le cadre de la riposte au VIH/SIDA à l’échelle mondiale ». Cette cérémonie s’est déroulée en présence des docteurs Philippe Duneton et Robert Matitu, respectivement directeur adjoint et directeur des opérations à Unitaid en visite de travail au Cameroun.

Créé en 2006 par le Brésil, le Chili, la France, la Norvège et le Royaume-Uni dans le but d’aborder le sujet de la santé dans le monde de façon innovante, Unitaid joue aujourd’hui un rôle important dans le cadre des efforts déployés à l’échelle mondiale pour combattre le Vih/Sida, la tuberculose et le paludisme, en facilitant et en accélérant la mise à disposition d’outils sanitaires améliorés, notamment des médicaments et des produits de diagnostic. Pour sa part, l’agence de recherche ANRS, mobilise les chercheurs du nord et du Sud, de toutes les disciplines, et quelles que soient leurs appartenances, autour de questions scientifiques. Elle finance par ailleurs les projets de recherche après qu’ils aient été évalués par des comités d’experts internationaux et accompagne les projets de leur conception à leur réalisation en valorisant les résultats pour qu’ils soient utiles aux populations. Créé en 1988, l’ANRS est depuis 2012, une agence autonome de l’INSERM.

Actuellement au Cameroun et dans la plupart des pays africains, les personnes vivant avec le VIH reçoivent en traitement de première intention une combinaison antirétrovirale composée de TDF3TC et EFV. Mais il existe des alternatives à ces médicaments, telles une combinaison à base de dolutégravir, qui sont autant, voire plus efficaces, potentiellement prescrits dans les pays du Nord mais n’étant pas encore disponibles dans la plupart des pays d’Afrique sub-saharienne. Le lancement de cet essai clinique au Cameroun vise à réunir des données concrètes sur les avantages potentiels de ce médicament qui a comme base le dolutégravir, en situation de ressources limitées.

« L’Essai clinique ANRS12313-NAMSAL est une composante très importante des efforts d’optimisation des ARV. Les données générées participeront au développement de l’accès aux traitements antirétroviraux améliorés pour ceux qui en ont le plus besoin » a dit le professeur Eric Delaporte, investigateur principal, ANRS et IRD/IBB.

André Mama Fouda a déclaré accueillir avec beaucoup d’intérêt cet essai clinique au Cameroun dont les résultats serviront dira –t-il « à éclairer nos politiques nationales en matière d’antirétroviraux optimaux, non seulement au Cameroun mais aussi dans toute l’Afrique ».

Cet essai, promu par l’ANRS, est coordonné par le docteur Kouanfack de l’Hôpital Central de Yaoundé et le Professeur Eric Delaporte de TransVIHMI. Il bénéficie d’un cofinancement de l’ANRS et UNITAID dont la gestion est assurée par l’IBB. L’implémentation est assurée par l’IRD et l’INSERM à travers l’unité de recherche TransVIHMI (IRD-UMI 233 et INSERM-U1175) en partenariat avec les sites investigateurs, le site ANRS Cameroun et d’autres partenaires scientifiques tels que le SESSTIM pour les aspects économiques, l’IAME pour la pharmacologie et le CREMER pour la virologie.

 

Développement des infrastructures de santé, Dossier spécial, Actualités

CHRACERH : La féc...

Rechercher un document

Nos Partenaires